Comment un séminariste français perçoit Cai Mon

     J’ai passé quatre jours  à Cai Mon, du 12 au 15 juillet 2006.

     Je n’étais jamais allé à la messe si tot le matin :  5 heure ! Alors qu’en Europe, les gens se lèvent habituellement vers 7 heures. Le premier jour, trois couples se sont mariés pendant la messe. Cela est aussi différent par rapport  l’Europe, òu les mariages se font le plus souvent le samedi après-midi, pour un seul couple à la fois. En fait, il y a des discussions en France pour célébrer le mariage de plusieurs couples en même temps. Le lendemain, la messe tait au couvent des sœurs. Environ 300 sœurs, agées de 18 (les candidates)  presque 100 ans, participaient  la messe. C’est une congrégation apostolique fondée dans le diocèse en 1844.

     Le jeudi après-midi, il y a catéchisme pour les enfants de 7  14 ans. Une heure de chants, suivi d’un temps en petit groupe, et enfin la messe. J’ai  frappé du recueillement des enfants pendant la messe. Ils connaissaient par cœur les réponses au prêtre et priaient vraiment. Leur éducation religieuse est nettement supérieure  la moyenne française : les temps de catéchisme n’ont pas  du temps perdu !

     J’étais heureux aussi de discuter avec les séminaristes qui habitent Cai Mon. Ils viennent ici le dimanche et pendant les vacances . Deux séminaristes ont même fait 60 km pour me rencontrer.          Ce fut une excellente occasion pour vivre la communion catholique : nous avons pris du temps ensemble pour visiter des familles, des plantations, et des annexes de la paroisse.

     Discuter avec le Père Joseph "Le Grand" était une grande joie, d’autant plus que l’on peut parler en français ! Il m’a appris beaucoup de choses concernant la paroisse et  propos du sacerdoce. Il est vraiment touché par la pauvreté, et est toujours prêt à aider ceux qui se trouvent dans le besoin. Comme un père pour ses enfants, il est proche de chaque membre de la paroisse et les aime tous. Comme le père Chevrier, il est un homme mangé, qui n’a pas de temps pour lui-même. Malheureusement, je n’ ai pas compris ses prédications aux enfants ou aux sœurs du couvent, mais vue l’attention et les rires de l’assemblé, j’imagine que ses paroles allaient droit au cœur des gens, avec beaucoup d’humour. Il est vraiment fidèle  la foi catholique et est aussi proche des gens, ainsi peut-il vraiment faire le lien entre Dieu et les hommes et les femmes qui lui sont confiés.

     Ce temps a renforcé mon désir de donner ma vie au Seigneur, pour servir son Eglise qui est servante de toute l’humanité.

     Je rends grâce  Dieu pour ces jours passés à Cai Mon, et pour les merveilles qu’Il a faites dans la paroisse. Merci Seigneur pour ton Eglise Catholique qui répand la Bonne Nouvelle du Salut à travers le monde entier, et pour l’Esprit Saint  qui nous conduit  toi !

                                                                                                      Arthur Wallaert

                                                ( Sminariste du diocse de Lille, membre de la Communaut de l’Emmanuel )

 

          

 

How a french seminarist see Cai Mon.

      I experienced four days  in Cai Mon, from 12th to 15th of July 2006.

     I had never attended mass so early: 5am! In Europe, people usualy wake up at 7am. On the first day, three couples got married during mass. This is also different from Europe, where weddings are usually celebrated on saturday afternoon and for onely one couple at each time. Nowadays, there are discussions in France to celebrate wedding of a few couples at the same time. On the next morning, mass was at the sister convent. Around 300 sisters, aged from 18 (candidate) to almost 100, attended mass. This is an apostolic congregation founded in the diocese in 1844.

     On thursday afternoon, there was catechism for children from 7 to 14 years old. One hour singing, then time in small groups, and finally mass. I was impressed by children’ attention during mass. They knew by heart all the responds to the priest and were realy praying. Their christian education is much higher than the average in France: catechism time wasn’t wasted!

      I was glad also to talk with seminarists living at Cai Mon. They come here on sundays and during summer holidays. Two seminarists even came from 60 kms to meet me. That was a great opportunity to live catholic communion: we spent time together, visiting families, plantation and annexes of the parish.

     Talking with Father Joseph "The Big" was great pleasure, especially because we could speak french! He told me a lot concerning the parish and about priesthood. He is really sensible to poverty, and is keen to help anybody who is in needs. Like a father for his children, he is close to all member of the parish and love them all. As Father Chevrier, he is an eaten man, not having time for himself. Unfortunatly, I couldn’t undertand his preaches to children or to the covent sisters, but given their attention and laugh, I imagine that his words were going straight in people’s heart, with much humour. His is very faithful to catolic church and close to people, then he can really make the link between God and men and women that he sheppers.

     This time strenghten my desire to give my life to the Lord, in order to serve its Catholic Church that is servant of the whole humanity. 

     I give thanks to the Lord for these days spent at Cai Mon and for all the marvels He did in the parish. Thank you Lord for your Catholic Church that spread the Good News of Salvation all over the world and for the Holy Spirit that lead us to you!

 

                                                                                           Arthur Wallaert

                                                                 Seminarist of the diocese of Lille, member of the Emmanuel Communit