PUBLICITÉ POUR PÈRE JOSEPH, CURÉ DE CAI MON        

              La commune de Cai mơn est située dans le delta du Mékong,dans la province de Bến Tre, à 120km environ au Sud de Saigon.

          La région est essentiellement agricole, de fait une horticulture artisanale, basée sur la culture de bonzais , de fleurs et des plantes diverses d’intérieur et d’extérieur.

          A noter également la présence de nombreux arbres fruitiers : mangues, bananes, papayes, cocotiers, durians, ramboutans, mangoustans, pamplemousses, mandarines  etc…

           L’habitat souvent sommmaire est composé de chaumières reflétant la pauvreté des berges du delta. L’intérieur est boueux au gré des marées modifiant le niveau du fleuve.

          Pour autant, la foi n’est pas altérée, témoin la présence d’ex-voto à la Vierge ou au Christ.

          Il émane de la quasi-totalité de la population, une générosité et une gentillesse constante. Ce sont pourtant de très modestes jardiniers qui composent la grosse majorité des 18000 âmes du village.

          Le climat subtropical permet tout au long de l’année une température moyenne d’environ 30 degré C. La période des pluies d’Avril- Mai ne modifie que très peu cette constante.  

          L’eau est toujours présente , soit sous forme de petites mares ou de canaux d’irrigation , soit de voies navigables pour des bateaux en bois non peints, de toutes tailles. Ils permettent le transport de toutes sortes de marchandises et matériaux. Ils servent même, pour les plus gros, de résidence familiale rythmée par le bruit des moteurs toujours pétaradant.

          La tranche la plus agée de la population, septuagénaire et plus, rappelle fìèrement avoir connu la colonisation francaise. Ces anciens se font uu plaisir de nous interpeller dans un francais approximatif certes, mais tellement chaleureux et enthousiaste. On se souvient que la France a construit des ponts, des routes, des écoles et des églises. Certains même, les plus érudits, sont fiers de nous citer des vers de Corneille et de Racine. Ils sont souriants et enjoués en nous chantant des contines de notre enfance. La majorité de ces personnes  âgées nous rappelle avec émotion que leur savoir leur a été inculqué par des religieux catholiques francais.Quel plaisir que de découvrir le peuple Vietnamien sous cet angle..

          La religion catholique est celle d’environ 10% de la population totale. Elle se caractérise par une très grande ferveur, et une fréquentation assidue de l’église ainsi que de tous les  offices qui y sont célébrés.

          Vous découvrirez de nombreux édifices dédíés à la Vierge au détour d’un chemin de terre bordé d’eau et d’une végétation luxuriante, ou a  peine un vélo peut passer.

          L’ Association France - Asie de Perpignan ( Pyrénèes - Orientales) est présidée par Madame That Peel. Son relais au Viet Nam est le père Thich curé de Cai mon. Cette Association a pour objectif actuellement  de permettre à des enfants doués scolairement mais de conditions très modestes, de poursuivre leurs études.

          Détectés et sélectionnés par le père Thich, aidé de ses vicaires, ces jeunes sont parrainés par des  familles de la région de Perpignan.

          Cette aide financière soulage considérablement les familles, et occasionne des contacts intercontinentaux, toujours très enrichissants tous les nivaux.

          Le père Thich, outre sa lourde tache épiscopale au sein du diocèse de Vinh Long est l’indispensable tête de pont de l’association  FRANCE--ASIE.

          La mission qu’il gère regroupe tous les niveaux de maternelle. Le nombre sans cesse grandissant d’élèves force à contacter l’exiguité des locaux.

          En plus de l’entretien périodique des bâtiments, il faudra inévitablement penser à les adapter. En effet outre l’installation de salles d’informatique récentes, équipées de matériel d’occasion, il est a prévoir la réalisation d’ un réfectoire et de salles de  réunions .

          Actuellement les petits prennent leurs repas dans les couloirs. A noter surtout qu’à ce jour le manque de quatre salles de cours fait cruellement défaut.

                                                                   Marie Charlotte et René